L’installation d’un plancher chauffant ou rafraîchissant à eau

La pose du plancher chauffant à eau chaude est normalement effectuée par des professionnels, notamment car elle implique la collaboration d’un maçon avec le chauffagiste à cause de l’installation à mur du système de raccord des tuyaux, ainsi que de la nécessité de couler une chape en béton pour recouvrir l’intégralité de l’installation.

Les éléments qui composent le plancher chauffant

Ce dispositif se compose de plusieurs couches ayant chacune une fonction bien précise. La base est représentée par un niveau de ravoirage assurant une planéité parfaite. Ce revêtement permet entre autre de loger facilement la plomberie et les câbles électriques. Il est important que les pièces dans lesquelles on intervient soient finies au préalable, notamment si leur aménagement prévoit la pose d’une cheminée ou tout autre élément fixe posé au sol. Une deuxième couche est requise afin d’isoler correctement le sol et les cloisons du dispositif chauffant. Elle a une double fonction d’isolation thermique et acoustique. Pour ce faire, une bande périphérique adhésive est posée tout le long des cloisons. La pose est normalement en plusieurs couches, mais elle peut être limitée à une couche unique en cas d’installation de dalles à plots thermoformées, c’est-à-dire ayant une épaisseur supérieure à la norme afin d’assurer par elles-mêmes une isolation efficace. Les bandes isolantes seront ensuite revêtues d’une pellicule en plastique et tenues en place directement par les plaques à plots posées par dessus.



Ces plaques constituent la troisième couche. Afin de réduire au minimum le nombre de coupes des plaques, elle doivent être mises en place en partant des plus volumineuses, jusqu’aux plus petites dont la finalité est de s’adapter aux endroits les plus difficiles à couvrir. En l’occurrence, les dalles peuvent être coupées à l’aide d’une scie à denture fine. Rappelons qu’il est nécessaire de porter une attention particulière à la pose des dalles en correspondance des bandes périphériques d’isolation, de sorte à éliminer tout écart de jonction qui pourrait causer des infiltrations de béton lors du coulage de la chape.

Pose des tubes

Les tubes doivent être installés selon les exigences thermiques de la pièce intéressée, en respectant les critères qui déterminent leur pas de pose, c’est-à-dire l’écart à respecter entre les tubes. La méthode est la même pour le plancher chauffant et pour le plancher rafraîchissant. Les deux reposent sur le principe de circulation de l’eau dans les tuyaux au sol à la température désirée. Toutefois, il existe une différence entre les deux dispositifs concernant le pas de pose, ce dernier étant inférieur d’un tiers lors de la pose d’un plancher chauffant et rafraîchissant en même temps. Il existe deux systèmes d’installation des tubes, à savoir le système VA, qui prévoit une pose en zig zag et qui s’adapte principalement aux planchers chauffants électriques, et le systèmes VZ, prévoyant la pose en escargot. Ceci étant le plus utilisé, il est recommandé pour les planchers chauffants à eau puisqu’il permet une distribution de la chaleur plus homogène, en uniformisant le flux et reflux du liquide. Le pas de pose varie en fonction de la distance entre les tubes et les parois de la pièce. En effet, les différentes portions de sol ayant une charge thermique inversement proportionnelle à cette distance, la densité des tubes doit être intensifiée, voire redoublée, en cas de pose le long des murs extérieurs. Cette procédure permet de neutraliser l’effet de refroidissement lié à l’exposition de ces parois à la température externe. On dira donc qu’une zone est à charge normale lorsqu’elle se situe au milieu de la pièce ou le long d’un cloison intérieur, alors que les zones les plus froides iront sous le nom de zones à charge élevée ou limite. Une fois déterminés la modalité et le pas de pose les plus appropriés, les tubes peuvent facilement être mis en place en les déroulant sur les dalles à plots et en le coinçant délicatement dans leur emplacement à l’aide du pied.

La mise en fonction

La dernière phase préalable au coulage de la chape en béton concerne le raccord des tuyaux à des mécanismes de distribution à mur. Ces « clarinettes » étant présentes dans toutes les pièces, elle permettent de différencier la température d’un local d’habitation à l’autre. Il faut soigner l’étanchéité de la jonction entre les tuyaux et le collecteur afin d’éviter toute fuite d’eau. Ensuite les circuits sont rincés, remplis d’eau mélangée à des produits spécifiques anti-gel et anti-corrosion, et enfin il sont mis en pression. A l’issue de cette procédure, et une fois vérifié le bon fonctionnement du plancher, le tout peut être revêtu en coulant la chape en béton.